samedi 15 octobre 2016

La Planète des singes - Pierre BOULLE

Titre : La Planète des singes
Auteur : Pierre Boulle
Édition : Pocket
Date de parution : 1963
Nombre de pages : 233
Genre : Science-fiction
Décor : Espace
Lu en : Octobre

7/10

Quatrième de couverture : Au XXXe millénaire, un couple, Jinn et Phyllis, parcourent le cosmos. Lors d'un voyage, ils aperçoivent une... bouteille dérivant dans l'espace. Elle contient le manuscrit d'un explorateur qui a découvert une planète dont les singes sont l'espèce dominante et où les êtres humains sont chassés comme du gibier et réduits à l'état d'animaux de laboratoires. Paradoxe que Boulle exploite tout au long du récit, à la manière d'un conte philosophique, pour observer les travers de nos sociétés.

« À présent prenez un homme, enlevez-lui ce qui le rend homme, ses vêtements, ses chaussures, sa montre, sa voiture et - pourquoi pas ? - la parole. Que lui reste-t-il, s'il n'est pas Tarzan, qui est d'ailleurs plus singe qu'homme ? rien. »


Mon avis : L’espace, 2500, l’équipage d’une navette récupère une bouteille « à la mer » qui flotte près du vaisseau. Le message à l’intérieur est le témoignage de Ulysse Mérou, un homme qui a quitté la Terre avec deux compatriotes pour découvrir une nouvelle planète. Il atterrit sur Soror, qui ressemble en tous points à la Terre, si ce n’est que les hommes vivent nus et à l’état sauvage et sont sous le joug de la population dominante, qui se trouve être des singes, doués de parole et de raisonnement, et qui, à l’instar des humains terrestres, portent des vêtements. Découvrez les aventures de trois hommes débarqués sur Soror et rabaissés au rang d’animaux domestiques tout juste bons à amuser les foules (et encore, s’ils ont de la chance).

Je vais être honnête, je connais l’un des films de La Planète des singes et je n’avais absolument aucune idée qu’il était tiré d’un livre et encore moins que le livre en question avait été écrit par un Français il y a plus de 50 ans ! Moi qui pensais que c’était très récent et probablement américain, raté comme qui dirait. Du coup, lorsque Kassyna m’a proposé de le lire, je n’ai pas hésité très longtemps.

Je ne lis pas beaucoup de science-fiction, mais en ayant déjà vu le film, je savais que la trame de base allait me plaire. De plus le livre étant assez court, je ne risquais vraiment pas grand-chose.

J’ai apprécié le départ dans la navette de Jinn et Phyllis, car on en apprend un peu plus sur les possibilités spatiales dans le futur et l’histoire d’Ulysse Mérou et de ses compagnons ne commence qu’au bout de quelques chapitres, lorsque l’équipage trouve sa bouteille « à la mer ». C’est lorsque l’on se plonge dans son témoignage que les choses sérieuses commencent, mais on a déjà un bel aperçu de l’univers au sens propre comme au figuré.

Une fois sur la planète Soror, tout devient plus dynamique et l’on suit les trois voyageurs ainsi que leur compagnon de route poilu, un petit chimpanzé, lors de leur découverte avec la population locale. Les liens se tissent petit à petit et les découvertes se font aussi en douceur, on commence d’abord par apprendre à connaître les humains de Soror, qui vivent comme des animaux sauvages, et seulement après, les simiens qui règnent en maîtres sur la planète et qui en sont l’espèce dominante.

J’ai beaucoup apprécié découvrir les déconvenues d’Ulysse lorsqu’il essaie de prouver sa vraie nature aux singes. Il y a quelques passages un peu longs à mon goût, notamment lorsqu’il se retrouve dans sa cage, mais dans l’ensemble, j’ai trouvé le rythme assez satisfaisant et les événements se déroulent sans précipitation, laissant le temps au lecteur de s’habituer à Soror.

J’ai été surprise de quelques grosses différences avec le film, certaines m’ont plu, d’autres moins, mais dans l’ensemble, j’étais contente de constater que le film n’est pas un copié-collé du livre, sinon je me serais un peu ennuyée je suppose, et je trouve que le film comporte quelques éléments très intéressants et très visuels.

La toute fin m’a beaucoup plu, mais les événements qui mènent aux dernières phrases sont quant à eux assez peu probables, je ne vois vraiment pas comment personne ne peut découvrir le pot aux roses avant, ça me paraît assez peu probable, mais bon. Par contre, la toute dernière phrase (même en sachant ce qui va se passer) reste un véritable coup de poing dans la face des plus appréciables.

Si vous n’êtes pas un grand amateur de science-fiction ou que vous voulez commencer par quelque chose d’assez accessible, je vous conseille vivement La Planète des singes. Certes, j’ai peu de points de comparaison, mais je peux au moins vous dire que j’ai pris plaisir à le lire.

Un bon livre qui pourra vous plaire, même si vous n'êtes pas amateurs de science-fiction


Quatrième LC avec Kassyna pour notre Fairytale Friendship (octobre).

Dans le cadre du challenge mini pot-pourri d'automne du forum A&M, nous avons décidé de découvrir un livre de science-fiction. Nous sommes toutes les deux peu calées en SF, un genre qui ne nous attire pas plus que ça. Notre choix s'est porté sur La Planète des singes qui nous intriguait, et finalement, c'est une bonne surprise pour nous deux. Avis donc positif des deux côtés. Vous trouverez son avis ici.

1 commentaire:

  1. C'était vraiment chouette de lire ce livre ensemble. Merci :)

    RépondreSupprimer